(Extrait d’une émission d’Europe 1 dans laquelle j’ai été interviewé sur le PACS et son incidence sur l’imposition du ménage)

Europe 1 va plus loin !

Bientôt la fin de l’avantage fiscal pour les unions prononcées dans l’année. Résultat : le rush vers le pacs. Depuis le 20 septembre, c’est carrément « l’embouteillage ».

Alors c’est le constat d’Europe 1 va plus loin ce matin avec vous Damien GOURLET.

Marc-Olivier :
Bonjour Damien !

Damien :
Bonjour Marc-Olivier !

Marc-Olivier :
Vous avez contacté plusieurs dizaines de tribunaux d’instance et aucun doute, c’est une info Europe 1 : dans les couples, on s’est dépêché de concrétiser.

Damien :
Exactement ! C’est le cas de Raphaël et Julie : la décision de se pacser, ils l’ont prise il y a 15 jours, juste après l’annonce de la fin de cet avantage fiscal. Ils sont passés au tribunal vendredi dernier à Paris.

Marc-Olivier :
Et cela vaut la peine pour tout le monde Damien ?

Damien :
Si vous faites partie de cette moitié des Français qui paient l’impôt sur le revenu, la réponse de l’avocat fiscaliste parisien Frédéric Naïm est sans ambiguïté.

Frédéric NAIM :
Oui si on avait l’intention de se pacser, cela vaut le coup de se pacser. Bien sûr puisque vous avez une carotte fiscale au bout donc pourquoi ne pas en profiter ? Il y a des calculs et des simulations qui doivent être effectués mais de manière générale, on va dire « oui », cela vaut le coup de se pacser. Tout le monde est gagnant.

Damien :
Et pour qui elle est vraiment très importante cette carotte ?

Frédéric NAIM :
La carotte est plus ou moins grosse selon les cas, c’est certain en fonction de la disparité des revenus du couple, en fonction de l’importance des revenus de chacun.

Les personnes que vous avez interviewées ont le profil idéal. Après le mois d’octobre, ces personnes sont susceptibles d’avoir des primes importantes, elles vont effectivement générer une économie très importante.

Marc-Olivier :
Attention tout de même ! Le pacs n’est pas un acte anodin. Le conseil des fiscalistes : accélérer les choses, anticiper l’union pourquoi pas ? Si cela ne faisait pas partie des projets, mieux vaut s’abstenir.

L’enquête de la rédaction d’Europe 1 va plus loin a été signée Damien Gourlet. Merci Damien.